( 3 octobre, 2012 )

Les quelques jours qui nous restent

L’attente de ces évènements qui vont changer le monde nous occupe souvent dans nos tristes pensées. A la vue de ce qui se passe dans nos Pays européens. Que pensons nous vraiment de notre condition? qui sont les responsables? qui sont les profiteurs? qui a détraqué la machine qui fonctionnait vaille que vaille, mais enfin qui allait quand même assez bien? qui a décidé de cette destruction nette de notre identité, de notre devenir, pour les remplacer illico par une autre identité qui ne peut pas être la notre, qui ne le sera jamais!

Voilà la fin d’un cycle! voilà le temps des désespoirs. Même si comme le disait Jacques BREL le désespoir n’est pas en lui même une chose triste. Ne pas avoir l’espoir que les choses puissent aller mieux ou dans le sens que l’on pourrait souhaiter n’est pas triste. Nous savons l’avenir, il est tellement prévisible, dans les détails il peut encore évoluer un peu, mais dans l’ensemble les jeux sont faits depuis longtemps.
Alors se pose à nouveau les questions suivantes: 1. Devons nous nous résigner? 2. N’y a t’il pour nous que la solution de partir et de laisser les choses en plan, se déliter et se figer dans la mélasse actuelle qui ne peut que se propager encore et tout submerger. 3. La révolution que nous appelons de nos voeux peut elle arriver? et surtout ne va t’elle pas simplement enregistrer le nouvel état des choses contre lequel nous essayons vainement de lutter , comme si nous boxions un mur , ou nous heurtions à plus fort que nous qui chaque fois nous détruit physiquement et moralement.

J’éprouve une joie sinistre à regarder le monde croupissant, et à le voir à sa mesure, former ici une terre nouvelle, avec des êtres dépossédés, et là jeter dans les bras des démagogues malfaisants, toute une jeunesse sans but formée de la population la plus arrièrée qui soudain par un train d’enfer arrive à la jouissance de la liberté. Cette liberté pour elle c’est la violence et la guerre. Alors je me dis que vraiment l’humain est un animal bien méchant qui ne mérite pas de vivre sous le soleil, et sous les étoiles, dans cet Univers, et je me demande quelle folie m’a fait venir ici, m’a donné l’envie de m’intéresser un tant soit peu à ce peuple de singes un peu évolué qui chaque jour se rapproche des démons les plus absurdes qui peuplent cette création.

Ceci nous montre qu’avec les meilleures volontés, et les plus justes lois qu’il soit rien n’est gagné. Et qu’il faut raboter sans cesse sur les libertés et les désirs qui forgent l’avenir pour aller vers la connaissance ultime, et régler enfin le sort de l’humanité. J’ai souvent honte d’être un humain. J’ai parfois le sentiment contraire lorsqu’il y a , enfin, quelqu’un : homme , femme, qui sort de l’ordinaire et qui donne un coup de pouce à la marche en avant. Le progrès actuel est tel qu’il dépasse de loin la capacité de l’humain de s’y soumettre et le cultiver en paix. L’âme de chaque être qui vient sur cette terre est terrassée par les innombrables sources de conflits qui sont sans cesse mise en place. Je n’ai pas le temps de dire plus et mieux, que ceux qui savent lire l’avenir se mettent en fin à marcher devant le Peuple en portant le drapeau de la vie.
J’attends bien sur la guerre inévitable qui va s’intéresser à l’Iran dans sa structure et dans sa continuité.
J’attends la suite, les inévitables retombées sur les autres champs de batailles.

Avec courage que faisons nous ? juste nous retardons les échéances inévitables. Ces choses nous aurions pu les tuer dans l’oeuf. Ce qui est toujours le plus sérieux et le moins dommageable. Mais à ce moment là l’homme qui décidait en dernier n’a pas eu le front et le courage d’y aller et de liquider le dragon qui était encore dans sa coquille et qui n’avait pas encore enflammé la terre entière avec sa soif de puissance, de haine et de colère. Alors je me dis que les liens qui nous guident et nous serrent sont à détruire radicalement, refaisons nos liens civiques et nos Etats pour simplement survivre mieux demain, bien sûr nous , nous ne serons plus là pour commenter et suivre les évènements, mais au moins nous aurons mis à l’abri nos descendants.

Je me tourne vers l’est et je regarde le grand peuple qui s’est autrefois levé, il a été jusqu’au bout du délire d’un tyran sanguinaire, qui n’aimait pas le sang, qui ne mangeait pas de viande, mais qui voulait détruire radicalement l’ordre du monde pour y installer un nouvel ordre moral et politique. Une grande guerre de décolonisation, alors même que les Puissances de ce temps étaient toutes des Empires colonialistes, impérialistes et dominateurs qui s’entendaient uniquement en temps de guerre pour détruire l’adversaire et à la fin de la guerre, lors des traités voler les dépouilles du vaincu.

Les colonies sont émancipées, et les frasques socialistes extrêmes des systèmes socialistes se sont envolées comme un brouillard surréaliste qui se dissipe. Plus jamais ça ! plus jamais de monstre reposant sur la dépossession des gens et des peuples par un petit groupe d’idéologues asimutés,  et en face il y a les nouveaux idéologues qui nous pourrissent la vie avec leurs intolérances, et leur marche en avant qui écrase tout. Ils se servent même de la Démocratie pour détruire la Démocratie, car le Peuple dans son ensemble est intolérant et stupide, il se berne comme on berne un troupeau de moutons qu’on conduit à l’abatoir.

Ainsi fut fait une fois de plus. Et le Machin qui fut suscité est cet ONU qui n’est pas fiable, qui ne donne que des mauvaises directions, qui est de plus un repaire de serpents et de jeteurs de sort. Alors je sais bien que demain sera ce que la prophétie a écrit sur le mur de l’assemblée générale des Etats à New York: j’y lis nettement les mots anciens : mene mene teckel pharsin

L’ensemble a été pesé, nous avons été jugés insuffisants, et tout sera détruit, et ensuite il y aura un sombre moyen âge.
Les empires n’ont qu’un temps. Les confédérations s’effondrent lorsqu’elles ne font pas leur travail indispensable et primordial d’empêcher les invasions. Ces invasions produisent toujours les mêmes fruits, comme lors de la fin de l’Empire romain. Nous assisterons sans doute bientôt à des évènements qui marqueront les siècles futurs de leurs sordides éclats.

Pas de commentaires à “ Les quelques jours qui nous restent ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|