( 24 janvier, 2013 )

Matière noire et compression de l’Univers qui nous concerne

La théorie la plus commune indique que l’Univers qui nous concerne, le nôtre, car il doit en exister des multitudes, est en expansion continue depuis le big bang qui serait son commencement ou plus probablement sa renaissance à la suite d’une destruction  totale. Comme il n’est pas certain que la matière que nous connaissons soit la résultante d’un tel processus nous pouvons imaginer que les Univers qui existent sont faits de toute autre matière et que même les soit disant forces universelles n’y sont pas les mêmes.

Les chercheurs focalisent souvent leurs recherches sur la matière noire qui représente plus d’énergie que la matière dicernable telle que les photons et les interprétations de la gravité universelle lui donnent consistance environ 96% de la matière de l’Univers serait noire. Un principe est qu’en physique il peut y avoir plusieurs théories pour les mêmes observations, et que la science choisit toujours celle qui semble la plus normale pour les humains qui sont des créatures enfermées dans un écosystème doué d’une certaine gravité, avec un temps de vie assez court et des illusions nombreuses en ce qui concerne le rôle et la place du divin. Le Créateur Universel de l’ordre des choses y est ensencé et l’humain se figure qu’il est le centre de son Univers, et de toute la création, ce qui bien sûr n’est pas le cas, il n’est qu’une toute petite parcelle d’un système qui n’a pas de limite, même si on ne doit pas en conclure qu’il est éternel et sans début et sans fin, car ce qu’on ignore encore de la Nature est plus important que ce que l’on en sait.
La consistance de notre Univers dépend uniquement de la gravité. C’est elle qui allume les étoiles et qui organise leur parcours dans le temps. La lumière et les ondes électromagnétiques sont à l’origine des déchiffrements de notre science actuelle. Les ondes et formes gravitationnelles nous sont peu connues par défaut de moyens que nous avons de les mesurer et de les distinguer facilement. Nous faisons par contre partie des êtres vivants qui peuvent voir des collections de photons et les distinguer un peu dans le spectre visible, ceci est la base de ce que nous pouvons appréhender.

Intéressons nous un peu à ce qui est invisible pour nous mais dont nous subissons les effets continuels, la gravité qui règne à la surface de la terre, dans notre lieu de vie habituel. Que constatons nous?  Notre structure est limitée et organisée pour lutter contre cette force. L’érosion et les faits physiques comme l’écoulement de l’eau sont liés à l’action de ces forces.

Avec une collection d’aimants nous pouvons nous affranchir de cette force  et nous savons comment un aimant transforme une partie de son énergie pour obtenir cet effet. Il est assez simple donc de comprendre que ce sont les interactions de la matière avec le vide qui l’entoure qui sont la base du poids que nous ressentons constamment.

Une des théorie possible est qu’une part importante de la matière est présente sous la forme de particules très minimes (bien plus petits que les gluons mais qui se comportent comme eux,et non comme les photons) qui voyagent constamment dans l’espace comme dans la matière et qui sont en interaction continuelle avec les éléments de la matière. Il en existerait de deux sortes. Des particules matérielles d’une part , des particules de l’antimatière d’autre part. Notre monde est matériel, mais il n’est pas certain qu’un monde d’antimatière ne soit pas  possible dans cet espace fait de gravitons. L’antigravité pourrait annuler les effets de la gravité et ceci se produirait lors de la compression des atomes, produisant de la matière neutronique (étoiles à neutrons, début de la formation des trous noirs) . Tout l’univers serait irradié par un flux de gravitons continuel, et continu, soit que ces gravitons sont éternels, soit qu’ils sont produits constamment par la matière et l’antimatière de l’univers, ou des univers si ils sont jointifs et n’ont pas de frontière définie en ce qui concerne la gravité. La probabilité qu’il y ait des univers d’antimatière pourrait être de 50%.

L’expansion continue de notre univers suppose qu’il trouve un espace pour s’exprimer, ceci n’est pas si simple à interpréter dans les 3 dimensions habituelles. Car si cette expansion se produit il y a nécessité aussi que les éléments les plus fins subissent aussi la même expansion, or ceci ne semble pas être le cas.  Peut on imaginer que ce soit le cas , donc qu’il n’y aurait pas d’expansion de l’univers mais par contre un appauvrissement de la matière en énergie qui conduirait à sa concentration. Nous observerions la même chose. Et les deux phénomènes peuvent aussi se trouver réunis. La compression du volume de l’univers est possible même si on observe l’éloignement des galaxies dans ce cas car c’est la gravité qui régule les distances avec une grande célérité. Nous savons que les étoiles tournent les unes autour des autres et plus exactement autour du coeur des galaxies, et les galaxies tournent aussi autour des autres galaxies. Et là nous savons qu’il y a des directions, des plans pour ces orbites, nous les voyons et nous savons les quantifier et les représenter dans l’espace. Alors nous pouvons en tirer  des théories sur la formation de ces objets, et notamment sur les structures appelées amas. Ce qui amène à cette idée qui n’est pas si stupide que la matière serait impliquée dans la formation du nuage multiforme de gravitrons et ne serait donc pas si neutre qu’on le croit, il y a une force qui est transmise à la matière par le passage d’un flux gravifique donc il semble que la matière transforme ce flux en énergie constamment. D’autre part on prétend que les ondes gravifiques se déplaceraient à la vitesse v, alors qu’il est plus probable qu’elles se déplacent à la vitesse v au carré selon la formule e=mc2   c représentant la vitesse de l’onde photonique dans notre galaxie et dans l’ambiance proche de la terre notre planète, soit à peu prés  3. 10 puissance 8  mètres par seconde. La vitesse de l’onde gravifique serait elle de 9.10 puissance 16 mètres seconde. Comme les objets nommés photons voyagent dans  le même substrat que les objets nommés gravitons il est probable qu’il existe un courant comparable à ce que l’on observe dans la matière transparente, et pour le moment il n’est pas décelé que l’espace puisse contenir des objets qui transforment la gravité et qui en changent le sens par exemple. Sauf que les masses matérielles font en sorte que leur coeur , situé au centre de gravité est neutre gravifiquement et que leur surface comporte une gravité relative qui nous concerne en tant qu’humain car nous y sommes habitués, et plus même nous en sommes dépendants, car vivre dans un monde sans gravité comporte pour notre structure vivante de grands  risques de destruction progressive de nos capacités à nous mouvoir et à réaliser des actes matériels. Tout ceci pour dire que sans doute la matière rayonne des gravitons à partir de son centre de gravité, et qu’il semble probable que tout le rayonnement de gravitons vient uniquement de la matière, si on considère ceci au niveau du nuage de matière qui est notre Univers, il faut considérer que le rayonnement qui sortirait du nuage serait perdu irrémédiablement et que de cette manière la gravité sortirait du système. Actuellement nous ne savons pas où se trouve le centre du Cosmos ou même de notre Univers. Nous ne pensons pas qu’il puisse y avoir des faits et des interactions qui se produisent hors du temps et de l’espace, hors de notre espace temps, si l’Univers est une bulle et que cette bulle n’éclate pas c’est qu’il y a une pression ou une  assimilation externe à la bulle. Ainsi pour le rayonnement électromagnétique (les photons) il est probable que ces éléments sont stoppés aux confins de l’Univers parce qu’il n’y a plus d’interactions matérielle pour les soutenir et les faire exister, ces photons deviennent alors des objets matériels rayonnant.  De la même manière il est probable que les objets gravitons se figent contre cette barrière et sont même renvoyés vers leur origine comme par un miroir. Toute autre hypothèse n’aurait pas de sens et ne permettrait pas à l’Univers de survivre aussi longtemps qu’il existe. Il est probable que les corps hypermassifs qui rayonnent dans la gravité normale dans toute la galaxie, ont aussi une autre manière d’échanger des gravitons et des photons et peut être même de la matière avec les autres corps hypermassifs de la Galaxie, comme avec les étoiles ,comme avec les autres galaxies, les autres Univers même. Car dans leur situation l’espace temps est totalement déformé et ceci permet de transcender toutes les règles physique habituelles de l’espace temps moyen de la galaxie et de toutes les galaxies en fait. Le plus curieux serait qu’ils soient en relation intime avec des objets d’antimatière par ce canal ce qui expliquerait que cette relation persiste dans le temps comme on le constate envoyant l’age avancé de notre Univers actuel. Le signe infini qui est ce huit 8 couché représente bien cette information intuitive que nous constatons dans l’infiniment petit des atomes et de leurs composants. S’affranchir de la matière est toutefois nécessaire pour pouvoir aller et venir dans l’Univers par ces chemins, il n’est pas illusoire que des êtres vivants faits à l’origine de matière y soient parvenus, et nul n’est besoin de structures matérielles pour cette transgression. Nous ne connaissons bien et n’utilisons encore que des matières courantes superficielles de la terre, ainsi que celles délivrées par les aérolithes et autres débris qui jonchent l’espace et sont attirés par notre gravité. Jupiter et les autres planètes nous protègent, même la lune est indispensable pour ceci. Nous n’avons par exemple aucune source de matière neutronique celle qui se trouve formée à l’intérieur des étoiles à neutrons à notre portée, et encore moins des sources d’antimatière, car ces éléments sont pratiquement incompatibles avec la matière dont nous sommes faits. Sans ces deux matières spéciales nous ne pouvons pas sortir de notre condition actuelle. Nous n’avons pas plus de contrôle sur l’énergie produite par la fusion nucléaire et avons bien des difficultés à avoir un contrôle suffisant sur la désintégration des éléments lourds spécifiquement l’uranium. La recherche de matière exotique dans notre environnement proche est indispensable pour aller de l’avant, notre industrie est encore bien incapable de produire des structures suffisantes pour les générer en quantité suffisante. La situation serait plus confortable si nous avions déjà un accès profond dans la planète, et que nous ayons des sources de matière neutronique et d’antimatière à notre disposition de ce fait. Pour ceci il faut établir un plan coûteux d’exploration et de maîtrise des grandes profondeurs et notre structure matérielle est le principal obstacle à cette nécessaire entrée en matière. Cessons d’abord d’avoir des illusions sur l’espace temps ce qui n’est qu’une théorie fumeuse.

Ce qui oblige à reprendre à zéro la théorie dite de la relativité une fois de plus.  La gravité y est décrite comme étant la résultante de la perturbation induite par la masse dans l’espace temps. Cette idée s’approche bien de la réalité, et son avantage est qu’elle nie complètement la gravité  comme étant le fait de particules qui se déplacent dans l’espace, mais c’est un peu comme la théorie ancienne de la génération spontanée utilisée en médecine tant qu’on n’avait pas une vision microscopique suffisante pour voir et décrire les colonies de microbes et autres virus.

Revenons à l’expérience facile à mener qui prouve que la gravité observable diminue au fur et à mesure qu’on se déplace vers le centre de gravité d’un ensemble matériel. Comment expliquer ceci avec la théorie du gouffre gravitationnel qui perturberait l’espace temps?  On sait aussi que les photons sont déviés par des champs gravitationnels importants donc qu’ils interagissent avec eux . Il est probable que la vitesse stable de la lumière ne l’est que dans un environnement gravifique stable.

Et pour finir arrivons enfin à construire des plans structurant la matière tels qu’ils stoppent ou même réfléchissent les gravitons. Tout ceci est même plus simple que nos lasers et autres puces informatiques, et c’est à la portée de nos mains ou de celles de nos robots. Il ne fait pas de doute qu’une technologie très simple permet de contrôler une enceinte située dans l’Univers de telle sorte qu’elle soit hors les règles communes de cet espace matériel. Ce qui permet de faire varier son impact sur la matière, notamment en diminuant le volume occupé à volonté, ou en l’augmentant, ceci permettant de passer à travers les trous de vers qui s’ils existent sont plutôt au centre matériel des grandes masses qu’à leur superficie.

Pour revenir une fois de plus à la présence chez nous d’êtres venus d’autres mondes matériels ayant développé des civilisations technologiques depuis des millénaires et donc pouvant être considérés comme étant plus évolués que nous il est certain que leur présence nous implique fortement. Ceux qui ont eu des contacts avec eux sont déçus bien sûr et ont constaté que ces êtres sont généralement plus misérables que nous le sommes étant soumis à des choses qui pour nous paraissent abominables. Mais aussi il n’y a pas de chemin vers le passé et nous ne pourrons que suivre leur voie lorsque nous arriverons à leur connaissance, et c’est ce qui les retient. D’autre part il est certain que ce qui est essentiel pour eux ne l’est pas encore pour nous et qu’ils méprisent les sentiments que nous avons pour bien des choses vraiment stupides. Notre civilisation est pour eux stupide, ignorante, mécréante, vile et de plus en plus tournée vers le n’importe quoi. Ils envisagent souvent de la détruire radicalement, et de reprendre à zéro avec des êtres issus d’animaux autres que des singes bipèdes. Si notre monde continue sur sa lancée ce sont des êtres issus de nos machines qui seront les générations futures de l’humanité, et ces superhumains détruiront la race qui les a créés. Voilà le constat fait par les voyageurs qui de temps en temps viennent visiter notre galaxie et ses innombrables formes de vie et d’intelligence. D’autre part si on leur demande de définir l’immortalité et de nous enseigner les voies pour y parvenir ils nous donnent de fausses indications sur leur propre passé dans ce domaine. Pour les machines il est simple de transférer de l’une à l’autre les savoirs et les techniques, pour les formes de vie ce n’est pas le cas et ceci figure dans le génome qui est une structure assez fragile, les êtres immortels ont ils vraiment une vie meilleure et plus confortable que la nôtre? ce n’est pas le cas semble t’il.

Les humains actuels sont une race déchue issue de manipulations génétiques nombreuses de fusion avec les gènes des visiteurs, et ils pensent toujours qu’ils sont nés par génération spontanée des animaux vivants sur cette planète. Les prototypes n’avaient pas besoin de parler pour exprimer leurs idées, et pouvaient vivre de longues années sans la déchéance de la vieillesse.

Pas de commentaires à “ Matière noire et compression de l’Univers qui nous concerne ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|